Résilience …

La survie en milieu hostile contraint l’esprit à s’acclimater ou à mourir. L’adaptabilité de l’être ou l’abandon dépend d’un détail au moment du choix inconscient, une lumière, une musique, un parfum. Le point de bascule est là, dans la plus petite sensation résiduelle du bonheur.

Survivre, c’est vivre autrement, c’est une entrée en religion avec soi-même, une purge du corps et de la pensée. L’élévation ou la mort, la spiritualité ou la décomposition, seules les bonnes personnes ont la capacité d’entamer cette mutation vers l’essentiel de la vie.

Extrait du nouveau roman de Cédric Charles ANTOINE : L’EXIL PRIMITIF.

exil-primitif-bandeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s